L'Extrême vide...

mardi 15 septembre 2009 ·

Alors qu'il songe à se retirer de la course, Gilles Taillon a décidé d'y aller d'une autre attaque en régle contre Éric Caire en l'accusant d'être d'extrême-droite. Il déclare qu'on "est exactement comme aux États-Unis. L'extrême droite qui dénigre constamment".

Je trouve ca triste comme accusation, parce que depuis le début de la campagne, l'équipe Caire a avancé des idées développées: la déréglementation des frais de scolarité, la hausse de la TVQ, la baisse des impôts, la privatisation de la Société des Alcools du Québec, la démocratie syndicale, la privatisation du transport en commun, la réduction des dépenses publiques.

Aucune de ses idées n'a été attaqué en elles-mêmes. Jamais Gilles Taillon n'a pu attaquer la validité de telles propositions tout comme Christian Lévesque, les attaques n'ont porté seulement que sur la personne. Gilles Taillon a-t-il critiqué l'idée de modifier la fiscalité et de réduire les dépenses ou de déreglementer les frais de scolarité. A-t-il sorti une contre-proposition à la démocratie syndicale? Pas à ce que je sache...

Quand il s'attaque ensuite à une amie personnel comme Joanne Marcotte en tentant d'associer Joanne à une sorte de caricature grossière de la droite pour ensuite pouvoir dire que Caire s'associe avec de l'extrême-droite, Taillon refuse toujours de débattre des idées.

Si Mr.Taillon souhaite rester dans la course et empêcher l'extrême-droite (dont je semble faire partie puisque j'aide l'équipe Caire), il devrait tenter de démontrer l'invalidité de nos propositions au lieu d'accuser pour faire peur.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites