La crise de 1982 et 2007-2009

lundi 29 juin 2009 ·

La récession de 1981-1982 représentait deux crises successives très proches l'une de l'autre dans lesquels les taux de décroissance étaient plus petits que ceux de la crise actuelle. Néanmoins, il est préférable d'avoir une baisse de 3.1% du PIB que deux baisses de 2.9%. Il semble qu'un seul choc qui se résorbe par la suite après que les marchés aillent éliminer les actifs non-rentables et que les entreprises se soient réorganisées est préférable à uen série de chocs répétitifs. À mon avis, la crise de 1981-1982 devait être plus dure à vivre que la crise actuelle (malgré que certains regardent la production industrielle et argumentent que ce n'est pas le cas puisque celle-ci a chutée plus rapidement qu'en 1981-1982). Alors pourquoi les vastes plans de relance, de subventions massives et d'intervention lourde maintenant alors que (si je ne m'abuse) les années 1980 étaient marquées par l'élection de Ronald Reagan et Margaret Thatcher? Logiquement, on aurait du avoir une intervention massive en 1981-1982 puisque celle-ci semble plus dure. Je pense que qu'on a oublié que dans une économie de marché, il est normal qu'il y aille des contractions et des phases d'expansion.
Chaque récession ou ralentissement n'implique pas nécessairement des vastes plans de relance économique.

1 commentaires:

Guillaume a dit…
30 juin 2009 à 09:45  

Je ne veux pas faire l'apologie des plans de relance, mais les augmentations des dépenses en matière de défense et de sécurité qui ont suivi les élections de Reagan et de Thatcher ne pourraient-elles pas être considérées comme des plans de relance? Même si l'objectif n'était pas la relance de l'économie, l'impact sur l'économie ne pourrait-il pas être le même?

D'autre part, il me semble boiteux de parler des "trimestres précédent la fin de la récession", puisque la récession actuelle n'est pas encore terminée... (Tout comme il me semblait boiteux de comparer, dans votre billet "Merde la Grande Dépression", les diminutions de PIB entre la période actuelle et la Grande Dépression, puisque le déclin actuel du PIB n'est pas encore terminé...)

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites