De quoi suis-je protégé?

lundi 16 mars 2009 ·

Le dernier budget a pris plusieurs conservateurs de court, après tout un déficit de 30 milliards et des subventions à l'industrie automobile sans oublier des subventions à l'industrie forestière n'est pas du tout dans la liste des attentes conservatrices. Mais Stephen Harper présente ce budget comme quelque chose de conservateur.

Selon sa logique, son intervention est nécessaire mais préférable à celle d'une coalition de libéraux, néodémocrates et bloquistes. La coalition aurait donné de l'argent à des groupes de gauche qui vivent de l'État et qui agissent pour que l'État prenne plus d'ampleur. À cela s'ajouterai le fait qu'il a baissé les impôts dans le dernier budget (c'était plus des réductions par des crédits d'impôts en fait). C'est un stimulus nécessaire et de meilleure qualité que celui que la coalition aurait pu créer.

Donc dans cette logique, Stephen Harper tente de sauver le Canada d'une alternative gauchiste encore pire. Mais j'admet ne pas trouver cette logique très convaincante.

En décembre 2008 lorsque les discussions sur la coalition ont commencé, l'entente proposée délimitait une période de dix-huit mois. Partons de l'hypothèse aussi que le "stimulus" ne sera ni négatif ni positif (même si je crois qu'il aura un effet négatif à long terme sur la croissance) et que la coalition a obtenu le pouvoir. En dix-huit mois, même si la récession est finie la croissance économique n'aura pas recommencée rapidement et si elle l'est, les gens risquent d'être encore sceptiques. L'intervention de la coalition n'aurait fait que faire croître la dette et donner l'argent des contribuables à des groupes qui vivent de l'État.

Autant dire que la situation serait difficilement différente de celle produite avec les conservateurs. Toutefois, l'odieux aurait été porté par la coalition et Stephen Harper aurait pu dire qu'il avait averti les Canadiens des dangers d'une coalition pour l'économie. Maintenant, Stephen Harper se présente comme un pragmatiste qui a évité le dogme des libertariens.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites