Israël et les Souverainistes

lundi 3 novembre 2008 ·

Bientôt dans La Voix Sépharade, un magazine un peu lifestyle de la communauté juive sépharade de Montréal, vous pourrez lire un article sur ceux qui - comme moi et Bryan - sont allé en Israël avec le Comité Québec-Israël. J'ai notamment été questionné et j'aimerai élaborer sur quelque chose que j'ai mentionné briévement dans l'entrevue.

J'ai mentionné que le Québec était plus similaire à Israël qu'à la Palestine. Ce constat se résume dans une citation courte, mais si profonde entendue lors de mon voyage en Israël (entendue en français) qui veut qu'un Israëlien est d'abord juif et athée. Beaucoup d'Israëliens sont athées, même si ils considérent que juif fait parti de leur identité commune, de leur histoire partagée sans nécessairement dire qu'ils pensent et partagent des valeurs "juives". C'est un similaire à quand je me déclare Québécois. Un peuple de moins de dix millions entourés de centaines de millions qui ne parlent pas la même langue, ont une religion différente. La seule différence entre le Québec et Israël dans cette définition, c'est que dans le cas d'Israël, il y a 150 millions d'individus qui veulent les pousser à la mer. Par ailleurs, le français est langue courante en Israël et le président Shimon Péres le parle couramment. C'est d'ailleurs pourquoi mes amis Alex Bellefleur et Adam Daifallah se sont demandés dans les pages du Soleil pourquoi la Pologne et la Roumanie sont observateurs de l'Organistion Internationale de la Francophonie et pas Israël.

Mais au Québec, on s'identifie à la Palestine. J'admet toujours ne pas comprendre les comparaisons qui sont faites. On ne peut pas comparer la vie des Palestiniens dans des camps de réfugiés à la situation du français au Québec et des Québécois en général. La liste des comparaisons stupides est longue et j'admet ne pas vouloir en faire la compilation.

Quelle est donc la provenance de cette comparaison entre la souveraineté du Québec et la Palestine? Je n'ai qu'une réponse, les souverainistes (certains d'entre eux) ont voulu romanticiser leur lutte comme si ils combattaient contre le mal du Canada. Faisant abstraction de la complexe réalité autour des Palestiniens et d'Israël, ils essaient de se construire une mythologie de la répression sauvage du Canada alors que les faits contredisent fréquemment plusieurs éléments de la théologie souverainiste de la victimisation.

Les souverainistes honnêtes intellectuellement sont capables de réaliser que le Québec est bien plus similaire à Israël qu'à la Palestine.

3 commentaires:

Bryan Breguet a dit…
3 novembre 2008 à 00:25  

"theologie souverainiste de la victimisation". Vincent, j'adore ce terme! copyright de toi dessus.

Vincent Geloso a dit…
3 novembre 2008 à 07:28  

ahahahahahaha merci :D

Stéphane Dumas a dit…
3 novembre 2008 à 12:32  

Très bon post. Il est dommage que certains souverainistes comme Pierre Falardeau par exemple n'ont pas encore trouvé le chemin de Damas.

Pour les souverainistes honnêtes intellectuellement, s'ils se manifestent sur cette position. Comment le reste de l'"establishement artistique" réagiront?

En terminant, j'ai trouvé un très bon texte de l'intellectuel français Guy Millière sur ce sujet.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites